Français

Disciple de James Bowman, Paul Esswood et Henri Ledroit, le contre ténor Thierry Gregoire est lauréat de la Fondation Yehudi Menuhin ainsi que du Concours International Vellutti (Italie).

Voix prometteuse à la tessiture rare et recherchée, il est propulsé dans l’orbite baroque par une série de 350 représentations du Bourgeois Gentilhomme de Molière et Lully à la Comédie Francaise. Il est repèré très tôt par les plus grandes baguettes (Marc Minkowski, Jean Claude Malgoire, Christophe Rousset, Jonathan Darlington).

Du rôle titre de San Giovanni Battista de Stradella au Dixit Dominus de Haendel, de L’Incoronazione di Poppea en passant par les enregistrements d’Acis et Galatée de Lully, Dardanus de Rameau ou bien Armide de Gluck, Marc Minkowski est un de ses adeptes de la première heure.

Invité dans les plus grands festivals (Aix en Provence, Beaune, Festival d’Ile de france d’Art Sacré, Wiener Festwochen ou Flâneries Musicales de Reims), Thierry Gregoire s’est aussi produit sur les plus fameuses scènes (Vienne, Amsterdam, Paris, Tokyo, Melbourne, New-York) ainsi qu’en concert (Australie, Corée, Allemagne, Italie, Inde).

Il collabore par deux fois avec l’orchestre baroque Modo Antiquo dirigé par Federico Maria Sardelli et le Festival de Barga pour deux productions et deux enregistrements d’opéras de Vivaldi, Orlando Furioso et Tito Manlio.

Thierry Gregoire s’intéresse aussi à la musique contemporaine et a créé plusieurs opéras (C’est la faute à Werther de Patrice Fouillaud, Raphaël, reviens! de Bernard Cavanna – enregistrement CD) et a également participé à la création de la Medea de Rolf Liebermann (rôle de Kreon à l’Opera National de Paris Bastille).

Il s’est également produit en duo avec la mezzo soprano tchèque Magdalena Kozena et ont remporté ensemble le Golden Prague du meilleur concert télévisé européen en 2000. La revue Classica lui a consacré un CD découverte en tant que jeune talent CLASSICA RTL.

Il participe sous la direction de Jean-Claude Malgoire à plusieurs productions (Vêpres de la Vierge de Monteverdi, Rinaldo de Haendel ainsi qu’Orfeo de Monteverdi et Agrippina de Haendel (enregistrements CD et DVD).
En 2007, il reprend le rôle de celui qui lui a mis le pied à l’étrier, l’Ormindo de Francesco Cavalli, interpreté 20 ans auparavant par Henri LEDROIT.

D’une vie fort remplie, il tire une intériorité qui va droit au coeur des auditeurs. C’est sans doute pour cela qu’il est très demandé en récital (20 concerts en Inde, Radio Roumaine, Singapore, Kuala Lumpur et Vietnam, France, Colombie, Costa Rica – concert d’ouverture du 12ème festival de musique baroque du San Jose, Panama, San Salvador, Honduras, Nicaragua, Guatemala, Gabon) où il rencontre à chaque fois un franc succès.

C’est à la suite de ces nombreux récitals que lui est venu le désir de fonder Les Songes Voyageurs, ensemble issu des itinérances de sa vie de musicien et du fort désir qu’un concert soit un voyage en musique.